GlBooking

LES MEILLEURS OFFRES SUR GL BOOKING

salé glbooking
Location de voiture, tourisme a Maroc

SALE – MEDINA, DE BAB MRISSA A BAB CHA’FA II

Engageons-nous dans la kessaria des bijoux, la kissaria Dhab côté gauche. Ici tout est or et argent ; toutes les vitrines brillent de mille  éclat ; kessaria unique en son genre dans toute l’agglomération de Rabat-Salé. Mais actuellement la plupart des bijoux ne sont plus fabriqués à Salé.

Puis tournons encore à gauche pour entrer dans la kessaria Toub suivi de Souk Sebbat/Kharrazine. L’ambiance est toute autre : c’est le derb des kaftan, des takchita et de toutes les tenues vestimentaires féminines. Il y en à droit en, à gauche et même au dessus ! L’on se faufile au milieu des soieries et des paillettes ! Puis après le franchissement d’une arcade, l’ambiance change à nouveau : finie l’atmosphère feutrée de la kessaria, l’on se retrouve à l’air libre, dans Souk Lakbir. Un vrai souk ou se mélangent tous les genres de commerce dans un grand désordre « organisé ». Vous voulez des fruits et légumes ? Servez-vous. Vous désirez un salon traditionnel ? Choisissez. Un lit ? Vous n’avez que l’embarras du choix Continuons le cheminement sur la droit, au milieu des charrettes el des marchandises étalées. Nous laissons sur notre droite fondouk Shimi puis nous arrivons devant jama’ Sidi Hajji avec sa fontaine en façade ou courent une frise céramique calligraphiée.

Continuons la promenade jusqu’à la place Souiqa ou quatre derb partent en étoile puis revenons sur nos pas (on peut de là, rejoindre Dar el-Baroud, ancienne résidence coloniale transformée en conservatoire de musique et club d’échecs ; et aussi voir Bab Fés appelée aussi Bab Lakhmis pour le Souk qui s’y tenait tous les jeudis). Juste après la mosquée, à droite, derb Sidi Ahmed Hajji mène à la zaouia du même nom. Celle-ci été fondée par le cheikh Sidi Ahmed Hajji à la fin du XVlle siècle.

Continuons notre cheminement le long de Souk Lakbir, côté mosquée. Après être passés devant les marchands de dattes et de fruits secs, nous laissons sur la droite fondouk Qa’a en ruines (on y vendait de l’huile, du beurre, du miel…), puis jama’ Semmarine sur derb Sidi Mohamed ben Abdellah. Cent mètres plus loin, tournons à gauche dans zenqat Haddadine toujours très animée. Nous passons devant jama’ Moulay Slimane sur la gauche puis nous tournons à droite dans zenqat Qechachine. A notre gauche, nous laissons le mausolée de Sidi Abdellah Chaqour ou se trouve aussi zaouia Ghaziya. En continuant notre chemin dans Qachachine nous passons devant zaouia Nacyria puis, cent mètre plus loin, quand de derb se rétrécit, nous tournons à gauche et passons sous l’arcade pour pénétrer dans derb Fqih Ahmed ben Abdenbi. Deux cents mètres plus loin, nous débouchons dans Aqba Mdarsa dont nous montons les marches pour arriver aux monuments les plus prestigieux de Salé. Sur une charmante petite place, un bel escalier aux marches ondulantes mène à la porte. Principale de la grande Mosquée. Tachdis qu’a gauche, en contrebas, un autre escalier mène à la porte de la médersa al Mariniya, dite aussi médersa d’al-Tal’a. Celle-ci constitue la construction la plus originale, la plus remarquable de Salé. Elle fut construite par le sultan mérinide Abou l’Hassan (1331-1342), celui-là même qui érigea les murailles du Chella ou il repose encore. Précédée de quelques marches, la porte d’entrée de la médersa est à elle seule un chef d’œuvre : un puissant auvent, en cèdre savamment sculpté, abrite la baie de la porte qui en forme d’arcade brisée outrepassée. Elle est entourée d’un aplat suivi d’un bandeau polylobé merveilleusement travaillé qui lui donne une sorte de rayonnement intemporel.

Le patio n’a que huit mètre de long sur quatre de large mais la justesse des proportions fait oublier ses dimensions réduites. Le sol et la partie inférieure des murs et des colonnes sont couverts de zellige tandis que leurs parties hautes sont en stucs blancs minutieusement travaillés.

De forme rectangulaire, la salle de prière de la médersa possède deux bas côtés inégaux. Un dôme à quatre pans couvre la qabba.

Enfin, dans la galerie ouest, sur une dalle de marbre blanc, est gravée l’inscription de la fondation de la médersa.

Deux étages abritent les minuscules chambres d’étudiant ; contrairement à de nombreuses médersa, celles-ci ne donnent pas sur le patio mais sont orientées vers l’extérieur. De la terrasse, l’on jouit d’une superbe vue sur Salé et sur Rabat. En sortant de la médersa, tournons à gauche et prenons le passage vouté de l’étroit derb Seba’ Zwaoui puis tournons immédiatement à droite devant zaouia Tijanya. Nous sommes dans zenqat Abdellah ben Hassoun.

Cette zaouia est remarquable par son architecture et ses ornements. Remarquons sa belle porte très ouvragée.

Nous passons ensuite devant une des sept portes de jama’el-Kabir. Au début du Xle siècle, la famille Beni ‘Achara érigea à cet endroit la première mosquée intramuros de Salé. Elle fut rénovée et agrandie par le sultan almohade Yacoub el-Mansour en 1196, à l’époque glorieuse de sa victoire d’Alarcos en Andalousie. Il en fit « une grandiose mosquée de l’Islam, par la beauté de son agencement, l’immensité de son espace et la splendeur de son bati ».

Ensuite le temps entraina de profondes dégradations et en 1840 le sultan Moulay Abderrahmane ibn Hicham décida de la reconstruire entièrement. C’est cette œuvre que nous admirons ; elle constitue la plus grande mosquée du Royaume après celle de Hassan ll à Casablanca.    

Entrons dans la cours de la mosquée pour contempler l’harmonie de l’édifice et pour admirer l’élégance du minaret. Nous passons ensuite devant la bibliothèque de la mosquée qui possède de très anciens manuscrits. En face, sur notre gauche nous avons le mausolée de Sidi Ahmed ben ‘Amar el à droite la médersa Mohammadia, école à l’architecture traditionnelle. Puis nous arrivons au passage couvert abritant l’entrée du mausolée de Sidi Abdellah ben Hassoun. Ce saint, décédé en 1604, occupe une place toute particulière dans le cœur des slaouis, Originaire de Slass dans le Rif, il était aussi désintéressé qu’érudit et brillant orateur. La foule se pressait pour écouter ses prêches. Aujourd’hui il est toujours vénéré par les slaouis qui, la veille du Mouloud, fête du prophète, organisent un moussem très réputé et très coloré. A cette occasion a lieu la sortie des cierges qui constellent la nuit d’une multitude d’étoiles : un très beau et fervent spectacle. Jetons, par les fenêtres grillagées, un coup d’œil sur les cierges entourant la tombe du Saint. Pour admirer la somptuosité du bâtiment fut agrandi il y a une dizaine d’années dans un style traditionnel raffiné. Revenons maintenant sur nos pas, la tombe de Sidi el-kharraz recouverte de céramiques bleutées semble barrer le chemin. Longeons à nouveau la mosquée puis tournons à gauche pour reprendre l’étroit derb menant vers la place de la médersa sans oublier de lever les veux : le coup d’œil en vaut la peine. Continuons en face, sur derb Seba’ Zwaoui que la placette de ‘Aqbat Mdarsa entrecoupe. Nous longeons Jama’ al-Kabir et continuons tout droit le long de la mosquée. Laissons derb Masjid A’dame sur notre gauche et continuions après le coude que fait la ruelle sur notre droite. Nous nous trouvons dans zenqat Ben Khadra jusqu’à la placette ou nous somme déjà passés. Tournons à gauche dans derb Zanata qui nous mène directement vers Bab Cha’fa, vers  la sortie de la médina.

Nous passons d’abord devant Jama’ Nmila sur notre droite puis, 150 mètres plus loin, sur notre gauche, devant Jama’ Zanata et sa fontaine. Enfin, un peu plus loin, nous avons zaouia Kadiriya, aussi présente dans la médina de Rabat. C’est probablement l’une des plus anciennes de Salé. Puis enfin nous arrivons à Bab Cha’fa, située à quelques dizaines de mètres de l’endroit ou l’aqueduc de Sour al-Kouas apportait jadis l’eau portable à la ville. Maintenant l’aqueduc ne fonctionne plus mais l’eau arrive toujours, notamment pour alimenter le typique café maure installé dans la bab. Profitons-en pour nous désaltérer avant d’héler un taxi pour retourner à Bab Mrissa.

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *